Ce qui mène le monde…

Je vais ici faire une petite parenthèse humoristique légèrement de mauvais goût, mais vous comprendrez pourquoi. Avez-vous déjà écouté la série « Taxi 22 », avec Patrick Huard ?

Dans la première saison, son personnage de chauffeur de taxi demande à son client : « Sais-tu ce qui mène le monde ?
- L’argent?, répond le client.
- Non, ce n’est pas ça.
- Le sexe ?
- Non, pas « pentoute ».
- Je ne sais pas…
- Une envie de chier! Parce que t’as beau être avec la plus belle femme au monde, si t’as envie de chier, tu la laisses là et TU Y VAS !!!
J’avais vraiment ri. Mais je trouvais qu’il avait raison. Ce besoin naturel, on n’a pas d’autre choix que de l’écouter. Il ne viendrait à personne l’idée de se dire « tant pis pour le signal que m’envoie mon corps, je n’irai pas aux toilettes ! » L’envie ne partira pas, elle sera juste plus pressante jusqu’à ce qu’un dégât se produise !

Bien la faim, c’est la même chose. Pourquoi s’obstiner à ne pas écouter les signaux de faim que notre corps nous envoie ? Ça ne va qu’empirer les choses. La faim ne partira pas… et si on ne l’écoute pas, le dégât qui sera produit, c’est la constatation pour le corps que la famine existe et qu’il doit se faire des réserves, donc engraisser. Alors, en ne mangeant pas à votre faim, au bout de la ligne, vous ne faites que prendre du poids et avoir un métabolisme plus lent, car le corps diminue également ses dépenses d’énergie. À quoi bon ?

Gardez ainsi cette phrase en tête lorsque vous aurez faim : « Vite, mangeons si on ne veut pas prendre du poids ! »

Crédit photo : jenshurley